Témoignages

jeudi 19 janvier 2017

DELMAS Eric 12100 MILLAU

Loin des fous à lier...
Lors du dernier salon de la pêche de CLERMONT-FD, j'ai eu l'occasion de rencontrer Alphonse ARIAS. Durant toute la matinée, je remarque qu'il est très sollicité par les visiteurs.
Je ne connais Alphonse ARIAS que par ses livres. Madame ARIAS me fait patienter pendant que sa fille Fanette s'occupe de la vente des livres. Alphonse se libère enfin des visiteurs et vient à ma rencontre. Après une prise de contact chaleureuse, je lui demande comment fait-il, concernant la pêche de la truite, pour gérer le mois d'avril qui, selon moi, est le plus complexe de la saison. Il reste très attentif à ma question et me répond que, même lui, peut passer trois heures sans une touche et faire sa pêche en un quart d'heure. Malgré les difficultés, les caprices des truites et de la météo du printemps l'on peut trouver sa pêche. Nous évoquons d'autres sujets. Cela fait déjà presque 40 minutes que nous discutons et j'ai l'impression que ça fait cinq minutes !
"D'autres personnes attendent" dit Isabelle, son épouse. Il est temps de se séparer.
Je garderai de cette rencontre les souvenirs d'avoir passé un moment très agréable et d'avoir connu une famille ARIAS unie et passionnée. Alors, si vous avez l'occasion de rencontrer Alphonse sur un salon, posez lui vos questions et s'il ne peut répondre à toutes, vous trouverez dans ses livres les réponses...
mardi 6 septembre 2016

Franck BOUSQUET 64480 USTARITZ

Que la montagne est belle avec ses truites !
J'ai eu l'occasion de rencontrer Alphonse Arias à 2 reprises.
Tout a déjà été dit sur lui : fantastique pêcheur de truites et de sandres, générosité hors norme, etc......
Mais, pour ma part, ce qui m'a le plus impressionné chez Alphonse Arias c'est sa pureté !
Il est aussi pur que l'eau de ses torrents.
C'est un homme vrai, droit et avec qui on peut échanger des heures.
Merci, Alphonse Arias pour vos précieux conseils ainsi que pour l'évasion ressentie à la lecture de vos ouvrages !

vendredi 2 septembre 2016

Gérard AMIC 26560 MEVOUILLON

Que le torrent est beau !
Ce que j'aime le plus chez Alphonse, c'est le pêcheur de truites et de sandres, authentique et c'est aussi le pêcheur poète. Il me rappelle le bon temps où nos anciens nous parlaient pêche, nous parlaient nature et parlaient encore français. Alphonse Arias respire la nature, vit dans la nature, se bat pour la nature. On en apprend beaucoup sur les techniques de pêche dites naturelles, celles de nos parents, celles où le poisson était roi.
Et puis, ça fait vraiment plaisir d'entendre, de lire un pêcheur qui n'a pas la langue dans sa poche, un pêcheur qui remet à leur place certains hypocrites donneurs de leçons...
Ce qui me frappe le plus c'est son engagement pour la défense de la nature, cet amour de la nature qu'il transmet aux autres. Un livre d'Alphonse Arias ça se lit et ça se relit... 10 fois, 20 fois et plus encore.
Merci Alphonse Arias de défendre la pêche, nos rivières et toute la nature de si belle façon. Chapeau bas !
vendredi 22 avril 2016

Fabrice PONS (Fous de toc) 31770 COLOMIERS

Le ruisseau du Paradis
Les ouvrages d’Alphonse Arias sont bien plus que de simples recueils de techniques et récits de pêche de pêche de la truite ou du sandre.
Écrits avec fougues et passions, sans fioritures mais avec poésie, ils nous invitent à l’évasion dans un monde halieutique qui demeure probablement insoupçonné pour beaucoup.
Sa plume est aussi franche que son langage, mêlant justesse et envolées lyriques parfois entrecoupées de quelques « coups de gueules » bienvenus. Son sens du partage est sans équivalent et nous ouvre de nouveaux horizons, que l’on soit néophyte ou expérimenté.
Comment ne pas aimer ?
lundi 11 janvier 2016

PEREIRA Benjamin 24380 VERGT

pêche de rêve en début de saison
Bonjour maître,
J'ai déjà tous vos livres et dvd sur la pêche de la truite, sur la pêche du sandre et vos livres sur des nouvelles.
C'est une véritable leçon de pêche, mais aussi de vie !
D'ailleurs, je trouve que nous avons un point commun : la vision du monde extérieur dans lequel, moi aussi j'ai souvent honte d'être humain...